La Librairie Résistances a rouvert ses portes et vous attend !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la Librairie Résistances sera à nouveau ouverte, à compter du samedi 28 novembre, à ses horaires habituels, à savoir :

  • Mercredi de 14 heures à 20 heures
  • Jeudi de 14 heures à 20 heures
  • Vendredi de 14 heures à 20 heures
  • Samedi de midi à 20 heures

Mais ce lieu ne reprendra vie que si vous le fréquentez, après une aussi longue absence, et nous profitons de ce message pour vous signaler une série d’ouvrages récemment parus, que nous avons trouvés intéressants, et qui sont autant d’idées toutes trouvées aussi bien pour vous-même que pour vos cadeaux de fin d’année.

FRANTZ FANON

Un roman graphique de Frédéric Ciriez et Romain Lamy ayant pour thème la légendaire et mystérieuse rencontre entre Jean-Paul Sartre et le célèbre militant anti-colonialiste, en août 1961 à Rome. Le « pape » de la gauche intellectuelle française a accepté de rédiger la préface de Les Damnés de la terre que vient de rédiger Fanon, et que l’éditeur militant François Maspéro s’apprête à publier. Trois jours d’une intensité dramatique toute particulière, alors que le Martiniquais Fanon, qui a mis toute son énergie au service de la lutte du peuple algérien pour son indépendance, est déjà gravement malade, et qu’il sera emporté par une leucémie mortelle quelques mois plus tard, à l’âge de 36 ans.

« Fanon et Sartre, c’est la rencontre de deux géants, de deux mondes, de deux couleurs de peau, de deux formes d’engagement. Mais la vérité de l’un est-elle exactement celle de l’autre, sur fond d’amitié et de trahison possible ? », s’interroge l’éditeur. 

232 pages, 28 €

UNE HISTOIRE POPULAIRE DU FOOTBALL

De l’Angleterre du Moyen-Âge à la Palestine de nos jours, du Brésil à l’Afrique du Sud en passant par la France et le Brésil, le livre du journaliste Mickaël Correia, désormais disponible au format de poche, raconte la formidable épopée de ce sport. Non, le football ne se résume pas au foot-business et aux milliards d’euros qui l’accompagnent. Depuis plus d’un siècle, il a aussi été un puissant instrument d’émancipation pour les ouvriers, les militants anticolonialistes, les protestataires du monde entier. Pour les femmes aussi, auxquelles l’auteur consacre des pages magnifiques, singulièrement inédites, qui retracent le combat de ces jeunes sportives, dès le XIXème siècle, en butte à des institutions misogynes qui faisaient tout pour les éliminer. En proposant une histoire « par en bas », en s’attachant à donner la parole aux oubliés de cette aventure, Mickaël Correia souligne que le football peut être aussi généreux que subversif. Avis aux non footeuses et non footeux : ce livre est aussi pour vous !

500 pages, 14 €

L’ÉTAT D’ISRAËL CONTRE LES JUIFS

De Sylvain Cypel

Imagine-t-on en France une loi qui établirait deux catégories de citoyens : par exemple, les « Français de souche » et les autres, qui ne bénéficieraient pas de droits égaux ? Une loi ségrégationniste de ce type, le Parlement israélien l’a votée en 2018, au bénéfice des seuls citoyens juifs. Comment s’étonner que, de Trump à l’Indien Modi, du Hongrois Orbán au Brésilien Bolsonaro, les nouveaux dirigeants dits « illibéraux », dont certains cultivent leurs franges antisémites, plébiscitent désormais Israël ? Ce qui les fascine, c’est la capacité de cet État à imposer sa politique « identitaire », à multiplier les lois antidémocratiques, à faire taire les critiques et à promouvoir un modèle où la « guerre au terrorisme », la xénophobie et l’islamophobie assumées jouissent d’un soutien massif au sein de l’ethnie majoritaire. Comment est-ce advenu ? Quelles en sont les conséquences, pour les Palestiniens comme pour les Israéliens ? Ce sont les questions auxquelles ce livre tente de répondre.


En France, le CRIF, représentant du judaïsme qui fait aussi office de lobby pro-israélien, entraîne ses adhérents dans un soutien sans faille aux actions des gouvernants d’Israël. Aucun débat n’a agité la communauté juive française après le vote de la loi ségrégationniste en Israël. Aux États-Unis, celle-ci et de multiples actes du même ordre sont vivement critiqués par des responsables juifs de premier plan et plus encore dans la jeunesse juive. Ceux-là dénoncent l’occupation indigne des Territoires palestiniens et les dangers de l’idéologie identitaire qui l’accompagne. Israël, clament-ils, est devenu « mauvais pour les Juifs ». Certains pronostiquent un divorce irrémédiable entre Juifs israéliens, engoncés dans le tribalisme, et Juifs américains, qui redécouvrent les attraits de la diaspora. 

Ancien rédacteur en chef au Monde et directeur de la rédaction de Courrier International, Sylvain Cypel a couvert les premières années de la seconde intifada au début du siècle.

330 pages, 20 €

LA PENSÉE BLANCHE

Lilian THURAM

Un livre personnel du grand joueur de football Lilian Thuram.  Qu’est-ce qu’être blanc ? Plus qu’une couleur de peau, n’est-ce pas plutôt une pensée ? Qui sont ceux qui l’ont inventée, et pourquoi ?


Ce livre raconte l’histoire de la pensée blanche, son origine et son fonctionnement, la manière dont elle divise, comment elle s’est répandue à travers le monde au point d’être aujourd’hui universelle, jusqu’à infuser l’air que l’on respire. Depuis des siècles, la pensée blanche est une norme, la fossilisation de hiérarchies, de schémas de domination, d’habitudes qui nous sont imposées. Elle signifie aux Blancs et aux non-Blancs ce qu’ils doivent être, quelle est leur place. Comme la longue emprise des hommes sur les femmes, elle est profondément ancrée dans les mentalités et agit au quotidien. Seule sa remise en question permettra d’avancer pour passer à autre chose.

20 €

FLIC

Valentin GENDROT

L’histoire vraie d’un journaliste qui, durant deux longues années, a infiltré la police française, ce qu’apparemment personne n’avait jusqu’à présent tenté, et réussi.  

Que se passe-t-il derrière les murs d’un commissariat ? Pour répondre à cette question, Valentin Gendrot a mis sa vie entre parenthèses. Il a suivi la formation de l’école de police de Saint-Malo et a fini par atteindre son objectif : devenir policier dans un quartier populaire parisien. Durant six mois, Valentin Gendrot a intégré le commissariat du 19e arrondissement de Paris. Une arme à la ceinture, le journaliste sous couverture a rejoint une brigade dont certains membres tutoient, insultent et distribuent régulièrement des coups à des jeunes hommes noirs, d’origine arabe ou migrants qu’ils surnomment “les bâtards”. Valentin Gendrot relate la précarité des conditions de travail, le suicide d’un collègue du commissariat survenu lors de son immersion, mais aussi les propos racistes émis par des agents de l’État, les bavures, la violence.  L’auteur raconte notamment, en détail, comment il assiste au tabassage d’un adolescent noir par un collègue policier. Alors que le jeune homme de 16 ans a porté plainte pour violences policières, Valentin Gendrot découvre, de l’intérieur, comment ses collègues étouffent l’affaire.

300 pages, 18 €

L’ARABE POUR TOUS 
Pourquoi ma langue est taboue en France

Nabil Wakim

Pourquoi Nabil Wakim était rouge de honte, enfant, quand sa mère lui parlait arabe dans la rue ? Pourquoi l’auteur ne sait-il plus rien dire dans ce qui fut sa langue maternelle ? Est-ce la République qui empêche de parler l’arabe comme elle empêcha autrefois de parler le breton ? Voici une langue qui fait figure d’épouvantail. Si Jean-Michel Blanquer évoque l’idée de l’apprendre un peu plus en classe : tollé contre les risques de « communautarisme ». Quand Najat Vallaud-Belkacem propose de réformer son enseignement, elle est accusée de vouloir imposer la langue du Coran à tous les petits Français. Ce livre fait entendre une parole souvent tue sur le malaise intime à parler sa propre langue quand il s’agit de l’arabe ; c’est aussi une enquête sur les raisons de ce désamour. Alors que l’arabe est la deuxième langue la plus parlée du pays, elle n’est enseignée que dans 3 % des collèges et des lycées à environ 14 000 élèves. Soit deux fois moins qu’il y a trente ans ! En parallèle, l’enseignement dans des mosquées ou associations cultuelles se multiplie – une estimation porte à 80 000 le nombre d’élèves y recevant des cours. N’est-il pas temps de se convaincre que l’enseignement de l’arabe pourrait être une chance pour notre pays ? L’Arabe pour tous est un plaidoyer pour que la langue arabe trouve enfin sa juste place dans l’histoire de France. 

200 pages, 17 €

DERNIÈRE SOMMATION

David DUFRESNE

2018, la France se soulève. Vicky, jeune réalisatrice, s’effondre au pied de l’Assemblée nationale dans un nuage de gaz. Au même moment, Frédéric Dhomme, numéro 2 de la Préfecture de police, déploie ses troupes et bientôt ses doutes, tandis que l’enquêteur Étienne Dardel compile d’effroyables images des réseaux sociaux. Vicky, Dardel, Dhomme, et toute une galerie de personnages se partagent un monde en plein renversement. Un monde au sein duquel se bousculent forces de l’ordre, gilets fluorescents et médecins de rue. Un État devenu policier où fusent les violences. Où éclatent les voix, comme en réponse aux tirs répétés de LBD.

Né en 1968, David Dufresne, écrivain et documentariste multi primé, a publié une dizaine d’ouvrages dont On ne vit qu’une heure. Une virée avec Jacques Brel et Tarnac, magasin général. Dernière sommation se présente comme un roman, qui n’en pas moins directement inspiré de la répression sanglante du mouvement des Gilets Jaunes, dénoncée au fil des jours par l’auteur dans sa désormais célèbre rubrique « Allô, Place Beauvau ? C’est pour un signalement… »

230 pages, 7,40 €

NE NOUS LIBÉREZ PAS, ON S’EN CHARGE 
Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours

Bibia PAVARD, Florence ROCHEFORT, Michelle ZANCARINI-FOURNEL

Comment les féminismes ont-ils émergé en France ? Doit-on parler de « féminisme bourgeois » ? Quels liens ont existé entre féminismes et socialismes ? Y a-t-il eu des féminismes noirs ? Les féministes étaient-elles toutes colonialistes ? Existe-t-il des féminismes religieux ? Comment s’articulent mouvements lesbien, gay, trans et mouvements féministes ? Quel a été le rôle du féminisme institutionnel ? Qu’est-ce qui est nouveau dans les groupes féministes aujourd’hui ? Qu’est-ce que révèle #Metoo sur la capacité des femmes à se mobiliser ?
Ce livre entend fournir quelques clés indispensables afin de penser les féminismes d’hier et d’aujourd’hui à la lumière des grands défis contemporains, des inégalités sociales, raciales et de genre. Cette sociohistoire renouvelée des féminismes rend compte des stratégies plurielles déployées par les femmes et les hommes féministes qui ont combattu les inégalités entre les sexes et l’oppression spécifique des femmes, de la Révolution française à nos jours. 

512 pages, 25 €

Librairie Résistances, 4 Villa Compoint, 75017 – Paris (M° ligne 13 stations Guy-Moquet ou Brochant ; bus 31, arrêt Davy-Moines) ; tel : 01.42.28.89.52 (pas de répondeur : appeler seulement aux heures d’ouverture) ; info@librairie-resistances.com site : www.librairie-resistances.com