Nos horaires « couvre-feu »

En raison du couvre-feu à 18 heures décidé par le gouvernement, la Librairie Résistances adapte ses horaires, comme voici :

  • Mercredi, jeudi, vendredi et samedi : de 11 heures à 18 heures

Nous reviendrons à la fermeture à 20 heures dès que la mesure aura été levée, qui nous permettra de reprendre également conférences et séances de présentation-dédicaces.

En attendant, voici une petite sélection d’ouvrages entrés récemment, ou récemment réédités.

Librairies Résistances, 4 Villa Compoint 75017 Paris (M° ligne 13 : Guy-Môquet ou Brochant ; bus ligne 31 arrêt Davy-Moines)

Sans Haine, sans armes et sans violences Kaddour Hadadi

Un soir d’avril, alors qu’un virus a poussé la moitié de la planète à se confiner chez soi, Sandrine traverse un Paris quasi-désert pour retrouver son amie Annie, convalescente : « Je reviens de loin, ma belle, je l’ai eu, enfin c’est plutôt lui qui m’a eue, et c’était pas une petite grippe… » C’est ainsi qu’une caissière et une jeune retraitée se mettent en tête de créer un collectif d’écrivains occasionnels : un journaliste, un ouvrier, un ancien résistant, un enseignant en mathématiques, une historienne, une chercheuse et une avocate. Ensemble, ils vont écrire « l’après », conjuguer enfin le Moi en Nous et, « comme le chant des oiseaux aux premières aurores », annoncer le jour nouveau.

Le lecteur rencontrera au fil du roman autant de narrateurs que de personnages, et réfléchira avec eux à la société dans laquelle il veut vivre, dans un monde qui se ré-invente… Un roman tendre et sérieux d’un HK qui écrit comme il chante.

Kaddour Hadadi (HK), né à Roubaix en 1976, est auteur-compositeur-interprète. Citoyen du monde et passionné d’écriture, il signe ici son quatrième roman. 

9€

Un détail mineur Adania Shibli

En 2003, un quotidien israélien, Haaretz, révèle qu’en août 1949 des soldats ont kidnappé, violé collectivement, puis tué et enterré une jeune bédouine du Néguev. Un crime qui s’inscrit dans la lignée des massacres commis à cette époque charnière pour terrifier ce qui restait des habitants de cette zone désertique.
Soixante-dix ans plus tard, Adania Shibli s’empare de cet “incident” dans un récit qui s’articule en deux temps nettement marqués. La première moitié relate le déroulement du crime avec une objectivité quasi chirurgicale. Elle met en scène deux personnages principaux : un officier israélien anonyme, maniaque de l’ordre et de l’hygiène, qui envahit les pages de sa présence hypnotique, et sa victime, comme lui jamais nommée. La seconde partie est narrée à la première personne, sur un ton très subjectif et ironique, par une Palestinienne d’aujourd’hui, obsédée par un “détail mineur” de l’incident : le fait qu’il se soit produit vingt-cinq ans jour pour jour avant sa naissance. Bravant les obstacles imposés par l’occupant, elle parvient à se rendre dans le Néguev dans l’espoir d’exhumer le récit occulté de la victime. Mais la détective en herbe ne tardera pas à tourner en rond…
Longuement mûri, ce roman décapant dénonce en peu de pages, au-delà du contexte israélo-palestinien, le viol comme banale arme de guerre, et aborde subtilement le jeu de la mémoire et de l’oubli.

16 €

BALAYONS LES ABUS, Organisation syndicale dans le nettoyage

Marielle Benchehboune

« Bon, les filles, on n’a rien à perdre. Notre fiche de paie est déjà vide. Moi toute seule, ils vont me virer. Toi toute seule, ils vont te virer. Mais si on est toutes ensemble, ils ne pourront rien faire. »
Lorsque Aissatou, femme de chambre d’un hôtel, décide de rejoindre le syndicat, elle ne pensait pas se retrouver avec ses collègues, à préparer la lutte.
Rencontres, tête-à-tête, réunions, élections de porte-parole, formations, actions collectives, entraînement à la négociation…
Marielle Benchehboune décrit comment ces femmes salariées ont trouvé les capacités indivi­duelles et collectives d’agir face aux injustices dont elles sont victimes.

L’histoire des femmes de ménage d’un des plus grands centres commerciaux d’Europe, celle des femmes de chambre de sept hôtels ou encore celles des femmes agents de service hospitalier d’une clinique de l’ouest lyonnais racontent comment il est possible de s’organiser et de gagner.

9 €

CHANGE TON MONDE`

Cédric HERROU

Un simple citoyen peut changer le cours de l’histoire et du droit. Cet ouvrage est le témoignage exceptionnel et bouleversant d’un homme qui s’est révolté contre le cynisme des autorités et d’un État qui bafoue quotidiennement le droit. Il aurait pu, comme beaucoup, garder « porte close », mais a choisi d’aider, au nom de la dignité humaine, ces migrants expulsés et maltraités.  Aujourd’hui, Cédric Herrou est devenu une icône dont le nom a largement dépassé nos frontières.

270 P. 19 €

ON LES AURA !

Rolland HÉNAULT

Récit saignant d’une révolte armée dans une maison de retraite

Sur les téléscripteurs, les nouvelles crépitaient comme des rafales de mitrailleuses.
Partout, en effet, les vieux se révoltaient.
C’est quand l’avocat général lança ses ultimes cris de haine que j’apercus, grâce à un effet de manche spécialement grandiloquent, les bourrelets d’un gilet pare-balle.
Ferdinand me fit observer que ça « protégeait moins bien la tête » et la suite lui donna raison dix secondes plus tard quand un octagénaire excité abattit le magistrat d’une balle dans l’œil, depuis le public où il était paisiblement assis.
Il avait accompagné son geste d’un hurlement : « On les aura comme en 14 »

10 €

CHARLATANS, Robin COOK

À la pointe de la technologie, le Boston Memorial Hospital est réputé pour l’excellence et la fiabilité de ses praticiens. Jusqu’à un incident, fatal : le décès d’un patient lors d’une banale intervention. Tout juste nommé chef des internes de chirurgie, Noah Rothauser est déterminé à prendre ses responsabilités pour préserver la réputation de son service. Mais avant, il lui faut faire toute la lumière sur ce drame : simple négligence médicale, mauvaise coordination entre le chirurgien et l’anesthésiste ou geste malveillant ? Lorsqu’un nouveau décès survient, puis un autre, Noah se heurte à une vérité qui dépasse l’entendement. Et si les médecins n’étaient pas ceux que vous croyez ? En tête des meilleures ventes aux États-Unis, le nouveau roman de Robin Cook brise le tabou d’une médecine transparente et digne de confiance.

8,90 €

ADOLFO KAMINSKY, Une vie de faussaire

Sarah Kaminsky

« Le calcul est simple. En une heure, je fabrique trente faux papiers. Si je dors une heure, trente personnes mourront… » Quand, à 17 ans, Adolfo Kaminsky devient l’expert en faux papiers de la Résistance à Paris, il ne sait pas encore qu’il est pris dans un engrenage infernal. Trente années durant, il exécutera ce méticuleux travail de faussaire. La Résistance, l’émigration clandestine des rescapés des camps, le soutien au FLN, les luttes révolutionnaires d’Amérique du Sud, les guerres de décolonisation d’Afrique, l’opposition aux dictateurs d’Espagne, du Portugal et de Grèce sont autant de combats pour lesquels il s’est engagé, au péril de sa vie. Toujours, Adolfo Kaminsky est resté fidèle à ses convictions humanistes, à sa volonté de bâtir un monde de justice et de liberté, c’est ce que transcrit la plume de sa fille, Sarah, dans ce témoignage. Un roman vrai qui nous interroge sur notre capacité au courage.

7,20 €

LA SANTÉ HORS DE PRIX : L’AFFAIRE SOVALDI

Olivier Maguet

Le Sovaldi est un médicament qui ouvre la voie à l’éradication mondiale de l’hépatite C, une maladie courante, et qui peut être mortelle sans traitement. Protégé par un brevet, il a été vendu à partir de 2014 à un prix exorbitant : alors que son coût de production représentait moins de 100 dollars par an et par personne, le laboratoire pharmaceutique qui le produit en demandait 84 000 dollars. En France, il fut introduit au prix de 41 000 euros la cure. C’est aussi la mesure de la puissance de l’industrie pharmaceutique et de ses lobbies.
Un tel prix, appliqué à l’ensemble des malades, venait mettre en péril le système de sécurité sociale français, et sa prescription a dû être restreinte aux cas les plus graves. L’impossibilité d’accès à certains médicaments, qui ne concernait jusqu’à présent que les « pays du Sud », touche aujourd’hui les pays dits « développés ».
À partir de documents accablants, ce livre retrace les logiques qui conduisent à une telle situation, dont tout laisse présager la généralisation, à moins d’une remise en cause radicale de la politique du brevet exclusif appliquée aux médicaments et de la reprise en main, par les États, de la régulation du marché du médicament qui est alimenté par la ressource publique.

Olivier Maguet est membre de Médecins du Monde. Depuis des années, il dénonce les abus de l’industrie pharmaceutique dans la fixation du prix des médicaments et le renoncement des États à jouer leur rôle de régulateur.

A PROPOS DE L’AUTEUR

Olivier Maguet est membre de Médecins du Monde. Depuis des années, il dénonce les abus de l’industrie pharmaceutique dans la fixation du prix des médicaments et le renoncement des États à jouer leur rôle de régulateurs

9 €